La lipoaspiration ou liposuccion (termes équivalents) a pour objectif principal la chirurgie de la silhouette. Cela consiste à aspirer la graisse superflue qui déforme les régions anatomiques à l’aide de canules rigides d’aspiration reliées à un système d’aspiration mécanique.

Pratiquée depuis la fin des années 70, elle est réalisée au début au moyen  de canules de gros calibre et, de nos jours, avec des micro-canules. La lipoaspiration donne de bons résultats quand les indications sont correctement posées.

Presque toutes les régions du corps peuvent bénéficier d’une lipoaspiration : bras, fesses, épaules, face, thorax, dos, abdomen, membres inférieurs, face interne des cuisses, genoux, etc.

La lipoaspiration est un véritable acte chirurgical, même si sa réalisation est simple.

 

Les bonnes indications

 

Le résultat est satisfaisant s’il se rapproche le plus de celui qui est prévu avant l’intervention par la patient  et obtenu par le chirurgien.

Le patient doit être réaliste dans son projet et le chirurgien doit décrire au plus près le résultat prévisible suite à l’intervention, en fonction de la qualité de la peau, de la localisation et du volume à aspirer.

 

Les patients idéaux

 

Le patient idéal doit avoir :

– un bon état général psychique et physique,

– un poids stable,

– des régions à traiter bien circonscrites,

– un équilibre pondéral depuis plus de 6 mois, en dehors de tout régime alimentaire,

– une peau à bonne élasticité.

Dans le cas contraire, le patient doit être averti que sa peau n’est pas parfaite et il doit être prévenu de la qualité du résultat que l’on peut obtenir chez lui. Son objectif premier sera d’éradiquer une ou plusieurs masses graisseuses. Le chirurgien devra limiter l’aspiration, jusqu’au moment où la peau commencera à présenter de fines stries, car s’il continue la peau va se friper.

 

La lipoaspiration ne peut pas donner de bons résultats :

– si la peau est extrêmement vergeturée et/ou flasque,

– dans le traitement de l’obésité,

– dans l’aide à l’amaigrissement d’un patient,

– dans l’amélioration de la qualité de la peau,

– si le poids du patient fait en permanence le grand yo-yo.

 

L’importance de la peau

 

La peau est un élément déterminant dans la qualité du résultat. Même si la lipoaspiration n’agit pas physiquement sur la peau, la canule doit être maintenue à distance de la face profonde de la peau pour éviter la moindre irrégularité, même si les canules sont très fines. Son analyse avant l’intervention est donc très importante.

 

Une fois la lipoaspiration réalisée, la peau à bonne élasticité va se rétracter sur les nouveaux contours en absorbant l’excédent cutané : conséquence de la perte du volume.

En revanche, une peau flasque et/ou très vergeturée, donc peu élastique, ne pourra pas résorber un excédent cutané en se contractant sur les nouveaux contours du corps. Par conséquent, cela va se traduire par l’apparition de plis cutanés ou d’un fripé cutané.

 

Trois localisations méritent d’être bien évaluées en raison de leur faible potentiel de rétraction:

– le double menton,

– l’abdomen, surtout au-dessus du nombril,

– la face interne des cuisses.

 

L’âge n’est pas un facteur limitant, mais il est à noter que les meilleurs résultats sont obtenus chez les patients qui ont une peau à bonne élasticité.

 

Avant l’intervention

 

Vous devez voir votre chirurgien en consultation au moins deux fois avec un intervalle de 15 jours. Ces 15 jours correspondent au délai de réflexion légal.

Il faut clairement expliquer au chirurgien vos réelles attentes et le chirurgien se doit d’être réaliste sur les résultats prévisibles dans votre cas.

Lors de la première consultation, un consentement éclairé, comportant un véritable plan de traitement détaillé, et un devis vous seront remis par votre chirurgien.

Une fois la date de l’intervention fixée, il vous sera demandé un bilan sanguin, un bilan de phlébologie qui permettra d’évaluer l’état de votre réseau veineux afin de détecter d’éventuelles prédispositions aux risques de phlébites et un scanner abdominal avant une lipoaspiration de l’abdomen, surtout chez les patientes avec une épaisseur de graisse qui ne permet pas de détecter, à la palpation, une petite hernie (épiploïque) qu’il faudra traiter avant de faire la lipoaspiration.

C’est une intervention de chirurgie esthétique pure. Tous les frais engendrés seront entièrement à votre charge (bilans préopératoires, consultation de pré anesthésie, gaine,…). Aucun arrêt de travail ne vous sera délivré lors de votre sortie de la clinique. La durée d’hospitalisation est de 24 heures pour les interventions faites sous anesthésie générale ou péridurale.

 

L’intervention

 

Il existe de nombreuses techniques chirurgicales de l lipoaspiration ou liposuccion. Chaque praticien utilise la méthode qui lui semble la meilleure, l’important étant la prise minimale de risque et le résultat final.

La technique de lipoaspiration humide est faite à l’aide de canules de faible diamètre, ce qui permet une lipoaspiration qui minimise le risque de tôle ondulée au niveau de la peau. Après avoir fait de petites incisions de 2 à 3 mm de long discrètement placées, il sera introduit une canule de 3 à 4 mm de diamètre. Après infiltration de la zone à aspirer, la lipoaspiration se fera par un mouvement continu dans un sens et dans l’autre.

La canule aspire la graisse, l’ aspiration étant créée par un compresseur. Pendant l’intervention, il y aura aspiration de graisse, mais aussi de fluides comme le sang et le sérum physiologique injecté. Cette perte devra être compensée par des perfusions pendant et après l’intervention.

La durée de l’intervention varie selon le nombre des zones à traiter, ainsi que de l’importance de ces dernières et du diamètre des canules utilisées.

En fin d’intervention, un vêtement compressif et des bas à varices pour prévenir les phlébites seront mis en place.

 

Les suites opératoires

 

Elles sont en principe simples. La douleur est traitée par des antalgiques et les ecchymoses disparaissent en quelques jours.

 

Les complications

La lipoaspiration, comme toute intervention, expose à des complications propres à tout acte chirurgical.

La complication la plus redoutée, en matière de lipoaspiration, est la phlébite qui peut, elle-même, engendrer une embolie pulmonaire.

Le mécanisme se résume par la formation d’un caillot à l’intérieur d’une veine profonde des membres inférieurs ou du bassin.

 

Il faut donc prévenir cette complication par:

– l’arrêt de la pilule un mois avant l’intervention,

– le port d’un vêtement compressif ajusté à gradient de compression de bas en haut,

– un lever précoce,

– la prescription d’anticoagulants injectables,

– le massage et la mobilisation des membres inférieurs pendant les longues interventions.

 

Il faut encore plus de prudence chez les patients suivants:

-les patients ayant un mauvais état veineux ou ayant des antécédents de phlébite,

– les patients qui ont une coagulation perturbée.

 

Le mode d’anesthésie

 

Vous devrez voir en consultation de pré-anesthésie un anesthésiste de la clinique où vous serez opéré.

C’est une consultation effectuée une semaine avant l’intervention et qui est destinée à évaluer votre état général et biologique.

 

L’anesthésiste vous informera sur les différents modes d’anesthésie possibles dans votre cas et vous informera sur les avantages et les inconvénients de chaque mode d’anesthésie, quelle soit :

– locale,

– locale potentialisée,

– rachianesthésie,

– rachianesthésie potentialisée,

– générale.

 

Un bilan sanguin permettra d’évaluer le taux d’hémoglobine, car une anémie représente une contre-indication à cette intervention.

Un vêtement compressif et des bas à varices seront nécessaires et vous seront demandés le jour de votre intervention, car ils seront mis en place dès la fin de l’intervention.

Pendant les semaines qui précèdent l’intervention, il est fortement conseillé de ne pas prendre de médicaments qui peuvent interférer avec la coagulation, comme l’aspirine, les anti-inflammatoires et les anti-vitamines k.

Si vous êtes grippé ou si vous n’êtes pas en forme la veille ou le jour de l’intervention, il est préférable de la reporter.

Si vous avez une infection cutanée ou dentaire il est également préférable de traiter cette infection avant de faire l’intervention.

 

Après l’intervention

 

Une surveillance postopératoire s’impose en salle de réveil et en secteur d’hospitalisation.

Des antalgiques vous seront prescrits soit en perfusion, soit par voie orale. Les douleurs sont généralement bien tolérées, surtout si la lipoaspiration est faite avec de fines canules.

Lors de la première nuit après l’intervention, il est possible que les draps soient modérément tâchés de sang, il ne faudra pas s’en inquiéter.

 

La sortie se fera le lendemain, après la visite du chirurgien qui vous redonnera les recommandations postopératoires :

– se laver sous la douche, les bains n’étant autorisés qu’après une dizaine de jours,

– ne pas rester alité,

– éviter les activités sportives pendant 2 à 3 semaines,

– bien respecter les prescriptions, en particulier les injections d’anticoagulants

port nécessaire des bas à varices tant que vous ne marcherez pas normalement.
Il n’y a pas de points à enlever.

 

Le résultat

 

Le résultat pourra s’apprécier à différents moments. Il s’observe très rapidement sur certaines régions, en particulier les hanches. Ailleurs, il faudra attendre la résorption des oedèmes, des hématomes et des ecchymoses.

Résultat précoce : à 3 mois.
A ce stade, le patient peut déjà profiter de sa nouvelle silhouette même si celle-ci va encore évoluer, car les tissus n’auront pas encore retrouvé leur souplesse.

Résultat définitif : après 6 mois postopératoires.
Parfois, le résultat pourra être apprécié plus tôt. Un bon moyen est de suivre l’évolution des cicatrices des voies d’abord. Quand elles seront arrivées à stabilité et auront une souplesse, les cicatrices internes devraient suivre la même évolution.

Le résultat final ne sera maintenu que si lle patient conserve un poids stable. La masse de graisse localisée aura disparu avec la rétraction de la peau, ce qui va donner à la silhouette des courbes harmonieuses.

 

Le résultat imparfait

 

Si on réalise une lipoaspiration sur un patient,dont on savait à l’avance que le pouvoir de rétraction cutané serait défaillant, la peau sera flasque, fripée et parfois avec des plis, après l’intervention. Si le patient est prévenu qu’il faut s’attendre à ce résultat, le seul avantage de faire une lipoaspiration sera de se débarrasser des masses graisseuses. On ne peut pas parler de complication, mais de résultat imparfait.

Accéder aux photos de l’intervention