L’otoplastie est une intervention de chirurgie esthétique réparatrice des oreilles décollées ou déformées. Ces anomalies sont parfois la source de problèmes psychologiques et sociaux  importants, chez les enfants, comme chez les adultes.

L’otoplastie ne peut être envisagée qu’à partir de l’âge de sept ans. En effet, à cet âge-là, l’oreille a atteint sa taille maximale, et  le cartilage est suffisamment ferme pour bénéficier de la chirurgie.

Plus cette intervention est pratiquée tôt, plus  les conséquences psychologiques sont limitées. Mais cette chirurgie peut très bien, pour des raisons esthétiques, être faite plus tardivement, à l’adolescence ou à l’âge adulte.

 Nous allons essayer de répondre le plus clairement possible, à toutes les questions que vous vous posez. Un climat de confiance doit s’établir entre le patient et le chirurgien  avant toute intervention. Les risques et les avantages doivent être clairement énoncés.

Toutes ces informations ne sauraient se substituer à la consultation médicale classique qui doit être le début de chaque traitement médical, qu’il soit d’ordre esthétique ou pas. Cette consultationconfirmera l’indication et donnera des perspectives de résultat.
Ce résultat dépend de l’état initial du patient, dont l’attente doit être réaliste. Nous mettons en avant tous les avantages et les risques impliqués dans ce processus. Le fait qu’il y ait un risque possible ne signifie pas qu’il va forcément se produire, mais il peut surgir dans certaines situations.

Il faut savoir que le chirurgien ne doit pas être choisi pour des questions de prix ou de facilités de paiement, mais principalement en raison  de la confiance qui doit être réciproque, de sa compétence et de sa professionnalité. Le connaître dans le cadre d’une consultation soignée est très important pour obtenir de  bons résultats.

Objectif de cette intervention

L’objectif de cette intervention est de donner à l’oreille des contours classiques.

Ce remodelage du cartilage peut se combiner à des résections cartilagineuses en particulier au niveau de la conque quand celui-ci est hypertrophique. Cette intervention est faite sous anesthésie locale en ambulatoire dans la très grande majorité des cas, même chez de très jeunes patients.

Anatomie de l’oreille

L’organe responsable de l’audition est l’oreille. Il aussi appelé organe vestibulo-cochléaire.

La plus grande partie de l’oreille se trouve dans l’os temporal localisé dans la boîte crânienne. En plus de la fonction d’entendre, l’oreille est responsable aussi de l’équilibre.

L’oreille se compose de trois parties : l’oreille extérieure, l’oreille moyenne et l’oreille interne.

Anatomie du pavillon de l’oreille

On distingue les reliefs suivants: 

  • – l’hélix,
  • – l’anthelix,
  • – le tragus,
  • – la fossette naviculaire,
  • – la conque,
  • – le lobe.

La chirurgie

La majorité des chirurgiens recommande que les parents restent vigilants aux sentiments de l’enfant sur les oreilles. Il ne faut pas inciter à la chirurgie. C’est l’enfant lui-même qui peut la solliciter. Les enfants, qui se sentent gênés par des oreilles décollées et qui veulent une correction chirurgicale, sont généralement plus coopératifs durant la procédure et plus satisfaits du résultat.

La chirurgie dure entre 90 et 120 minutes. Attention! Le temps de l’acte chirurgical ne doit pas être confondu avec celui de la permanence du patient dans l’environnement du centre chirurgical, car cette permanence comprend le temps de la préparation anesthésique et celui de la récupération postopératoire. Le chirurgien pourra informer le patient du temps total et exact de l’intervention. L’association d’autres procédures esthétiques peuvent augmenter le temps d’intervention. La technique utilisée dépendra du problème qui a été rencontré.

Avec l’une des techniques les plus communes, le chirurgien fera une incision dans le fond de l’oreille pour exposer le cartilage. Il sculptera alors le cartilage et le pli vers l’arrière, en direction de la tête.

Occasionnellement, le chirurgien enlèvera un morceau plus grand de cartilage pour fournir un pli plus naturel, quand la chirurgie sera complète.  Une autre technique impliquera une incision similaire au fond de l’oreille. La peau sera enlevée et des sutures seront utilisées pour plier le cartilage et refaire la forme de l’oreille, sans enlever le cartilage.

La chirurgie est réalisée en même temps dans les deux oreilles. Il demeurera à peine une cicatrice dans la région postérieure, qui est cachée par l’oreille et les cheveux.

Chirurgie des oreilles décollées avant et après intervention.

Les types d’anesthésie

L’anesthésie locale associée à la sédation est la plus amplement utilisée. Pour les petits enfants, en revanche, une anesthésie générale peut être nécessaire. Certains adultes peuvent également opter pour l’anesthésie générale.

Avant l’intervention

La consultation initiale avec le chirurgien esthétique est très importante. Le chirurgien écoutera l’histoire médicale complète du patient et évaluera sa situation du point de vue de la chirurgie proposée. Il sollicitera l’évaluation de spécialistes tels que le cardiologue, l’anesthésiste et d’autres médecins, si nécessaire. Il complètera le tout avec des examens réalisés en laboratoire.

Ainsi, le chirurgien sera prêt à fournir toutes les informations dont le patient a besoin, sur les résultats espérés et les risques impliqués avec cette procédure. Le patient ne doit pas oublier d’informer le chirurgien s’il a une ou plusieurs  allergies, s’il prend des vitamines, des médicaments (même les plus simples), s’il boit de l’alcool, s’il consomme des drogues et s’il fume.

Durant la période qui précède la chirurgie, le patient ne doit pas oublier d’informer le chirurgien s’il a pris quelque médicament que ce soit, même des plus simples, comme l’aspirine ou les anti-inflammatoires. L’aspirine, par exemple, peut altérer la coagulation sanguine pour une période allant jusqu’à 11 jours.

Le patient et le chirurgien discuteront soigneusement des objectifs et des attentes de cette chirurgie.

Le chirurgien expliquera les techniques et les anesthésies qu’il utilisera. Il précisera l’endroit où la chirurgie sera réalisée, ainsi que les possibles risques. Les honoraires du chirurgien, de l’anesthésiste et des auxiliaires s’ils sont nécessaires, puis les coûts de la clinique ou de l’ hôpital seront fournis. Le patient ne doit pas hésiter à demander des  informations, notamment celles concernant ses attentes et les intérêts du résultat final.

Voici quelques recommandations générales, mais le patient devra suivre toutes celles qui seront données par le chirurgien: 

  • arriver le jour et à l’heure convenus avec le chirurgien à l’hôpital ou à la clinique,
  • communiquer tout trouble de santé du patient, même les plus simples comme les grippes, les infections de la peau sur les zones qui sont traitées etc.,
  • obéir aux orientations de jeûne données par le chirurgien,
  • laver avec soin les cheveux la nuit avant la chirurgie, en utilisant à peine le shampooing et en évitant les crèmes et les après-shampooings,
  • pas de nécessité  de couper les cheveux s’ils sont longs,
  • être accompagné par un membre de sa famille ou une personne de son entourage le jour de la chirurgie.

Généralement, l’otoplastie ou la chirurgie des oreilles n’exige pas une hospitalisation. Une clinique sera utilisée avec tous les équipements nécessaires pour un bon résultat et c’est un endroit tranquille, où d’autres chirurgies similaires sont réalisées. Pour les patients qui présentent des problèmes de santé plus graves, optionnellement un hôpital peut être utilisé. L’anesthésie locale et la sédation sont les plus couramment utilisées. Lorsqu’ une anesthésie générale est demandée, l’hôpital pourra être choisi.

Après l’intervention

Les adultes et les enfants sont généralement libérés le jour même de l’intervention mais, lorsque l’anesthésie générale est utilisée, il est préférable de dormir une nuit à l’hôpital pour une récupération complète de l’anesthésie. La protection de la cicatrice sera faite avec des bandages. Le patient devra se protéger l’oreille (principalement chez les enfants), dans les premiers jours. Ce bandage sera changé dès le lendemain car il peut y avoir eu de petits saignements. Ce deuxième bandage propre sera maintenu en place pendant 5 jours.

Le patient peut avoir un peu de douleur, mais elle sera contrôlée grâce aux analgésiques pendant les premières 24 heures.  Les sutures seront enlevées au bout d’une semaine mais, si elles sont internes ou absorbables, elles ne nécessiteront pas leur enlèvement.

Les adultes peuvent reprendre le travail après 5 jours, les enfants pourront retourner à l’école après 7 jours environ. Les activités passées doivent être évitées dans les 6 premières semaines. Il faut éviter la plicature de l’oreille étant allongé ou assis.  A partir du moment où le pansement est retiré, 80{c9ad5ef6cef2d2b59471f6511248b25f910b341204430ee8ef146eb2b7838c4c} du résultat est atteint. Après 12 semaines, le résultat est alors définitif.

Voici quelques recommandations générales, mais le patient devra suivre toutes celles qui seront données par le chirurgien :

  • suivre rigoureusement les orientations données par le chirurgien et communiquer immédiatement le moindre doute,
  • préférer  une alimentation légère et saine, même si elle est libre après la chirurgie,
  • éviter le soleil, les coups de froid, le vent et les traumatismes locaux pendant une période de 10 ans,
  • se présenter au cabinet pour les contrôles postopératoires les jours indiqués,
  • possibilité de retourner à ses activités scolaires, professionnelles, etc. 4 à 5 jours après la chirurgie.

Les risques et complications

La cicatrice de cette chirurgie est pratiquement invisible, parce qu’elle se localise derrière l’oreille. En plus, comme c’est une région de peau très fine, la cicatrice tend à rester quasi imperceptible, même dans certaines techniques  utilisant des petites incisions dans la surface intérieure. Quand la chirurgie de l’oreille est exécutée par un chirurgien expérimenté et qualifié, les complications sont rares et normalement mineures. Cependant,comme pour n’importe quelle opération, il y a des risques associés à la chirurgie et des complications spécifiques associées à cette procédure.

Un petit pourcentage de patients peut avoir un hématome. Occasionnellement, certains patients développent une infection dans le cartilage, qui peut causer une cicatrisation altérée et de pire aspect, ou des cicatrices chéloïdes. De telles infections sont normalement traitées avec des antibiotiques. Une nouvelle chirurgie peut rarement être requise pour traiter la zone infectée.  Les risques anesthésiques chez les enfants sont réduits dans de bonnes conditions d’ hospitalisation avec un anesthésiste expérimenté.

Accéder aux photos de l’intervention